Chasser la maladie


Rendre intelligible le pire. C’est l’histoire de l’abbé tibétain Phakyab Rinpoche.  Depuis son arrivée en France, le Journal du Yoga suit le parcours de ce moine aguerri, qui, plutôt que l’amputation, a choisi la compassion comme voie de guérison, au risque de sa vie. La sagesse de la voie du milieu a remporté sa victoire contre toutes les formes d’extrémité. Dans « Comment la méditation m’a sauvé », écrit en collaboration avec Sofia Stril-Rever,  il s’explique.

 Le Journal du Yoga : La voie de la compassion prônée par le Bouddha est-elle une voie de guérison intérieure ? Si oui pourquoi ?   
Phakyab Rinpoche La compassion n’a rien à voir avec une émotion ou un sentiment. Il s’agit d’une énergie qui permet de transformer les états d’esprit négatifs en positifs. Le développement de la compassion aide à soigner aussi bien les maladies mentales que physiques, notamment en faisant disparaître les états d’angoisse et de dépression qui ont un impact sur l’état de santé du corps. Lorsque l’on soigne l’esprit, le corps va mieux. Entre eux, règne une profonde interaction. Au début de ma maladie, j’étais tellement inquiet, angoissé et déprimé que je ne pouvais ni manger, ni dormir. En développant la compassion, j’ai pu rrouver un équilibre, en particulier me nourrir, ce qui a aidé le corps à mieux bénéficier des traitements. En effet, ainsi, le corps est dans une vibration qui favorise la guérison. Mais pour cela, il s’agit de développer une véritable compassion.

JdY Dans cette perspective, un esprit complètement sain serait un esprit qui ne serait jamais malade ?   
P.R  Effectivement. Avec un esprit apaisé, on va recréer une harmonie au travers des cinq éléments que constitue le corps, l’eau, l’air, le feu, la terre et l’espace. C’est grâce au pouvoir d’un esprit parfaitement stable que l’on peut contrôler ces éléments. Lorsque ces éléments sont déséquilibrés, cela induit des problèmes de santé. Par exemple, un trop plein d’élément eau dans le corps peut provoquer de la tension artérielle. Le plus important est de pouvoir contrôler et rétablir ces équilibres. Nos états émotionnels y contribuent. De même que les états comme l’angoisse ou la dépression font disparaître cet équilibre.


JdY Quelle est la nature de cette énergie employée lors de vos méditations au profit de votre guérison ?   
P.R Lors du processus que je m’étais imposé, dans le studio de Brooklyn, j’ai développé une forme de méditation et un yoga très élevés. Ils associent à la fois l’énergie de shamatha et la pratique de Tsa-lung, qui signifie « canaux-souffles », les lungs. Shamatha  est la méditation de la paix intérieure, qui permet la concentration en un point. Pour que cette pratique puisse être efficace, il est important de posséder des fondations solides et un bon entraînement. L’esprit doit être complètement apaisé et capable de se concentrer. Cette stabilité dans l’esprit permet ensuite de mettre en application les méditations sur les souffles et les canaux. 


JdY Qu’est-ce-que la tradition du Bouddha de médecine ?   
P.R  Il s’agit d’une méditation de visualisation où l’on se représente le Bouddha de médecine au-dessus de notre tête comme étant la concentration de l’énergie éveillée de tous les Bouddhas, les boddhisattvas de l’espace. On dirige sous forme de lumière cette énergie éveillée vers une partie du corps qui en a besoin, par exemple une partie malade. On visualise alors que cette lumière va chasser toute la négativité et les maladies de notre corps. Sa couleur est d’un bleu profond, c’est une lumière de guérison.  On se guérit par le pouvoir de l’esprit et de la visualisation. Cette tradition de soins énergétiques est reliée au Bouddha de Médecine.

JdY Ces enseignements seront présents durant vos formations qui vont débuter en France en mars ?   
P.R. Oui. Plusieurs techniques de guérison fondées sur cette visualisation seront enseignées. La concentration de cette énergie du Bouddha de médecine et la manière dont on visualise le retrait de la maladie : elle peut être chassée par le bas, par le haut, ou à la manière d’une lumière dans une pièce obscure qui va chasser complètement l’obscurité. Il existe de nombreuses pratiques très détaillées de la mise en oeuvre de cette énergie de guérison.

"La méditation m'a sauvé" de Phakyab Rinpoché & Sofia Stril-Rever. Ed. Cherche midi. 16,80 €

Veuillez patienter...