l'âge de l'être

Cela a commencé par les écoles. Les maisons de retraite sont comme des parkings. Le mot “retraite” est plutôt négatif, il évoque aussi la mise à l’écart, l’isolement. Il se dit jubilacion en Espagne, qui fête le “jubilee”, l’étape des 50 ans. Au Québec, les seniors sont des aînés.

En France, les individus arrivent dévalorisés à la retraite. C’est soudain le grand vide, la solitude, le sentiment d’abandon et d’in-communication liés aussi au fait d’être déconnecté d’internet… Il faut changer de regard sur la vieillesse. Aujourd’hui, nous nous occupons des personnes âgées sous forme de soins, comme s’ils étaient malades… Alors que la maturité dans le yoga n’est pas une déchéance, mais tout le contraire. C’est même un aboutissement. C’est le temps de la vie où nous pouvons enfin vivre notre être profond! Avant, il y a un tribut à payer à la vie, elle nous a été donnée mais il nous faut la gagner, dans le sens littéral et figuré! Il nous faut travailler, avoir des enfants, respecter la société et les conventions…, nos devoirs en général. Puis nous finissons par arriver à l’âge où, théoriquement, c’est enfin le moment de la réalisation, pour soi.

Se réaliser

Individuellement non plus, il n’y a pas toujours eu d’anticipation. Avec l’âge, il y a une perte de tonus physique et mental. Le yoga nous rappelle qu’il est bien de méditer mais si vous ne tenez pas debout (ou assis), vous n’irez pas loin. Se préserver sur le plan physique pour arriver dans un état où nous pouvons nous réaliser est important. Et cela se prépare longtemps à l’avance. Rien n’est jamais trop tard, mais nous pouvons réfléchir un petit peu, non pas en se disant “je vais être vieux, mais je vais vivre longtemps”. Ma mère me disait dans mon enfance: “Ta santéu te la fabriques maintenant “. C’est pendant l’enfance que nous fabriquons notre santé, par ce que nous mangeons, nos rythmes, l’activité physique, l’accord avec les saisons. Il faut prendre le temps de se projeter et éviter le repli sur soi. Il y a aussi ceux qui parviennent à construire des réseaux et font des choses, beaucoup en général! et là ils s’éclatent. Encore faut-il avoir gardé la mobilité physique et psychique! C’est une période où nous pouvons changer complètement de milieu, rencontrer d’autres personnes que l’on n’aurait jamais rencontrées… En couple, il faut se complémenter pour avancer ensemble, rester en lien l’un avec l’autre, mental et physique si possible. Des univers s’ouvrent, c’est quand même nouveau. Mais il faut savoir en profiter.

Bouger, respirer, se redresser

Le message est clair, éminemment positif et énergique: il faut se prendre en main et développer une image positive de soi, remède à beaucoup de maux. Une hygiène de vie équilibrée et un travail corporel mesuré et aménagé pour une autonomie et un bien-être à long terme. Ne pas regarder en arrière et regretter ce que nous ne pouvons plus faire et que nous avons pu faire. Mais essayer de voir ce que vous avez envie de faire, et comment vous pouvez encore en avoir la sensation, en adaptant. Adapter est le maître mot, ne pas se malmener ni oublier son corps, toujours dans le plaisir physique. Aussi ne pas hésiter à utiliser des accessoires et des aménagements simples afin de garder la mobilité et le maintien des fonctions essentielles (musculaire, articulaire, respiratoire, digestive…). Le travail corporel juste et adapté à chacun est mon domaine d’expertise. Dans ce “Guide bien être pour vos prochaines années”, j’ai souhaité aborder certains aspects concrets, comme le sommeil, les incontinences et descentes d’organes ou la sexualité chez les seniors. Les exercices proposés sont tirés du yoga avec une explication sur “comment et pourquoi” pratiquer.

Vivre ici et maintenant, avec la pleine conscience de ce qui est là! Il ne faut pas forcément faire de la méditation transcendantale pour retrouver le bonheur. Ma mère se levait et ouvrait les rideaux pour voir le mont Canigou, et cela la remplissait de joie pour la journée! C’était sa voie personnelle.n

Propos recueillis par Pauline Lorenceau avec Bernadette de Gasquet, médecin, professeur de yoga et chercheuse de vie, autour de son dernier livre.

Se mettre à l’aise

Bernadette de Gasquet encourage l’utilisation d’accessoires, qui ne sont pas des «béquilles» , mais permettent à chaque fois d’ajuster la posture à la morphologie et à l’état de chacun ou chacune, pour plus de confort et d’efficacité. En voici quelques exemples : le coussin en microbilles, la galette pour l’assise, la balle, la ceinture de maintien,une sangle de yoga réglable, un ballon cacahuète…

Tous les accessoires se trouvent sur: www.physiomat.com

www.degasquet.com


Veuillez patienter...